restaurer les menus
Julien Douard

Julien Douard (1799-1882)

JJJulien René Marie Douard naquit à Romagné le 13 pluviôse de l'an VII. Sa grand-mère paternelle Julienne Travers était présente à la déclaration. Ses parents Pierre Douard, veuf de Marie Huard, et Jeanne Coupil étaient laboureurs au Champ-Hardouin.

Le jeune Julien commença ses humanités à Fougères chez le chapelain de Saint-Louis puis au collège. Il les termina à Rennes aux Cordeliers avant d'entrer au Grand Séminaire. Professeur à Fougères au temps de son sous-diaconat, il entama son ministère paroissial comme diacre à Sainte-Anne-sur-Vilaine en 1825 avant de recevoir l'ordination en 1826. Il fut vicaire de la dite paroisse pendant 19 ans avant d'être nommé Recteur de Chasné-sur-Illet.

Installé Recteur de Billé le 15 juillet 1846, il a laissé une forte empreinte dans cette paroisse. Ses paroissiens ont vu en lui un homme d'une grande piété, toujours disponible et prêt à rendre service. Il ne se contentait pas de prêcher mais mettait en pratique pour lui-même les préceptes qu'il évoquait, dans une vie proche de l'ascèse. À tel point qu'il a été qualifié par la postérité de "saint de Billé".

Son souvenir ne peut être évoqué sans mentionner l'érection du Calvaire du Jubilé. Donné par les habitants de Billé "au nom de tous leurs enfants unis à eux", il fut béni solennellement le mardi 20 juillet 1875 en présence de nombreux ecclésiastiques du diocèse et du voisinage.

Une autre solennité marquera les esprits: le jubilé d'or du Père Douard, célébré le 21 septembre 1876. Ce jeudi-là un grand nombre de ses paroissiens ont tenu à lui rendre hommage en assistant à cette célébration dans l'église de Billé "brillamment parée, ornée et illuminée".

C'est après plus de 36 ans de ministère à Billé qu'il s'éteindra à la communauté de Chaudeboeuf en Saint-Sauveur-des-Landes le 3 décembre 1882. Il fut inhumé au cimetière de Billé le jeudi suivant en présence d'une grande foule. Un service solennel fut célébré à sa mémoire le 5 septembre 1883 après que son tombeau eut été érigé sur sa tombe, dans le cimetière au pied du calvaire.

« Il a passé en faisant le bien. Qu'il repose en paix. »
Le tombeau du Père Julien Douard dans le cimetière de Billé.
Lors du transfert du cimetière, autrefois autour de l'église,
il a retrouvé sa place au pied du Calvaire du Jubilé.

Julien Douard et les enfants

Nous aurons compris que le souci majeur de cet homme était de soutenir les plus fragiles et les plus pauvres de ses ouailles. Il n'oubliait pas d'y inclure les enfants et fit graver sur le socle du calvaire évoqué plus haut l'invocation "Mon Dieu, sauvez nos enfants". Plus concrètement, avant la construction de l’école des filles, il a organisé les classes dans le bâtiment du vieux presbytère, devenu salle des Ormeaux. C'est lui qui a fait venir les sœurs de Rillé en 1857. Elles furent hébergées dans le vieux presbytère pendant dix ans avant de s'installer dans leur nouvelle école, rue Bellevue.

Il a d'ailleurs continué à aider les jeunes enfants après sa mort. En effet, il est conseillé de s'adresser à lui quand un enfant tarde à marcher. Le rite est simple: après avoir inscrit l'empreinte du petit pied dans la pâte servant à la confection d'un pain, celui-ci est cuit. Sans se montrer, il faut le déposer devant la porte de la maison d'une famille nécessiteuse. Il ne reste plus qu'à conduire l'enfant au cimetière et lui faire faire le tour du tombeau du Père Douard en le soutenant. Il va alors se mettre à marcher.

Quoi de plus naturel alors que de donner le nom de l'Abbé Julien Douard à la nouvelle école libre de Billé inaugurée le 13 avril 2013?

Histoire Patrimoine Gens de Billé

Parcourir toutes les pages du site pour retrouver un nom de famille