restaurer les menus
Bourg au XXème siècle

Bourg au cours du XXème siècle

NNous avons rassemblé ici des photographies et cartes postales du bourg de Billé. Elles démontrent que si les lieux et les édifices sont reconnaissables, les aspects ont bien changé tout au long du siècle dernier.

Début du siècleDébut du siècle Entre-deux-guerresEntre-deux-guerres Années 1950Années 1950

Bourg au début du XXème siècle

LLes cinq vues ci-dessous sont des cartes postales de l'éditeur rennais Edmond Mary-Rousselière. Cet éditeur (pour en savoir plus) a produit un grand nombre de cartes postales de notre région dont, pour notre plus grand plaisir, ces cinq cartes de Billé de 1910.

Nous nous trouvons là sur la grand-route. Expression qui fait sourire aujourd'hui. L'automobile n'était pas encore passée par là. Le calvaire qui est en évidence sur deux des vues venait tout juste d'être érigé, en avril 1908. Une magnifique barrière en bois, comme il n'en existe plus, ferme l'entrée de la vieille route, comme elle était appelée. Elle constituait l'ancien chemin vers Combourtillé et, partant de cet endroit, rejoignait la route actuelle au niveau de la croix qui se trouve avant Bel'Air, après avoir emprunté le pont de Billé. Elle était encore praticable d'un bout à l'autre jusqu'au début des années 1960, à pied, car il n'y avait pas encore de vététés.

Derrière un mur très récent, qui existe toujours, reconstruit toutefois, sont disposées des planches qui constituaient la réserve de bois de Joseph Delamarche, le charron installé à cet endroit. En regardant vers le centre du village, nous pouvons apercevoir le puits de la maison Serrand, l'un des quelques points d'eau du bourg. La maison Lebeau n'était pas encore construite, ni le bâtiment qui allait abriter la meunerie au début des années 1930.

Plus près du carrefour de la rue qui monte vers l'église, toutes les maisons sont reconnaissables. S'il est avéré que s'est bien Amand Delamarche qui se trouve devant son magasin, près de la roue du benaou, toutes les autres personnes figurant sur ce dernier cliché nous sont malheureusement inconnues. L'enseigne du débit Serrand est parfaitement lisible. Celle qui se trouve sur le mur de l'actuel café des sports l'est beaucoup moins. La photo aggrandie révèle pourtant que c'était bien aussi un "débit" et le nom de Couasnon apparaît plus difficilement. C'était en effet Lézin Couasnon le boulanger de l'époque. Entre les deux, la maison à deux étages du photographe Joseph Piot ne porte pas encore l'enseigne qu'elle aura plus tard. À droite, la maison Jouault qui porte de nos jours le numéro 14, a été débarrassée du crépi qui la recouvrait alors pour retrouver sa belle façade en pierre. Elle arbore fièrement sur le linteau en pierre de la porte la date de 1782.

Histoire Patrimoine Gens de Billé

Parcourir toutes les pages du site pour retrouver un nom de famille