restaurer les menus
Joseph Sieur

Joseph Sieur (1908-1988)
Soldat et prisonnier de guerre

JJoseph Sieur, travaillait à la forge familiale au Bourg de Billé. Il avait fait son service militaire à partir de 1928 au 71° régiment d'infanterie de Saint-Brieuc. Il fut mobilisé, au début de septembre 1939, au 248° régiment d'infanterie à Pontanezen, caserne de Brest. Il passa un moment au début de la guerre à Enghien-les-Bains avant de rejoindre le front de la Meuse. Entre-temps, il fut muté au 337° régiment d'infanterie.

Il a souvent parlé avec ses fils de cette période et c'est Jean-Michel qui raconte la suite:

Ces deux régiments, le 337° et le 248° R.I. reçoivent de plein fouet l’attaque allemande qui est programmée à partir du 10 mai 1940. Ils sont face à l’armée allemande à Monthermé-sur-Meuse et au coeur de la bataille qui fait rage le 13 mai et les jours suivants.

D'après les éléments que mon père ne cessait de rappeler, lorsque les Allemands ont attaqué, il faisait partie d’une batterie d’artillerie de 75mm. Il s’occupait de la forge pour ferrer les cannassons, comme il disait, destinés à tirer les pièces d’artillerie. Il y avait beaucoup de chevaux, il montait très souvent et lorsque que les Allemands ont forcé les troupes françaises à reculer, il disait avoir enfourché, comme ses camarades, un des chevaux qui restait en vie aux pièces d’artillerie afin de fuir la mitraille dont la plupart étaient victimes.

Il est fait prisonnier vers la fin de mai 1940 dans la région de Brunehamel où? (Aisne), lors de nouveaux combats au sol, alors que les troupes Françaises sont encerclées et cherchent à contre-attaquer ou à atteindre Dunkerque. Il est intégré à d’autres groupes de prisonniers qui marchent déjà le long des routes du nord de la France. Par la suite, en Juin ou Juillet 1940, il fait partie d’un regroupement de prisonniers de guerre qui a lieu à Trèves en Allemagne avant d’être dirigé vers le camp de Mühlberg an der Elbe (Saxe) au Stalag IV-B où?.

Toute cette période fut extrêmement difficile, malnutrition mauvais traitements. Selon mon père, beaucoup de soldats faibles mouraient, car il n’y avait aucune organisation de mise en place. Ils disparaissaient et étaient inhumés probablement dans un cimetière proche ou dans des fosses communes.

En captivité, il deviendra ouvrier agricole dans une très grande ferme d’État ou de l’administration locale. Cette ferme était située près de la frontière tchèque. Il y restera jusqu’en décembre 1941 avant d’être muté comme ouvrier forgeron à Zschortau où? chez le maître forgeron Arthur Stoye comme l'atteste ce document.

Fin avril 1945, il assiste à l’invasion de l’Allemagne par l’Armée Rouge, dont les troupes de choc sont constituées de Mongols agressifs à l’égard de toute personne rencontrée: Allemands ou prisonniers de guerre - les Allemands se déguisaient parfois pour se faire passer pour des prisonniers. Quelque temps après, il rejoindra, du côté américain, le long de l’Elbe, un camp de prisonniers. Par la suite, il sera conduit au camp d'aviation de Köthen. À partir de cette base aux mains de l’armée américaine, il sera rapatrié au Bourget par un Dakota de l’US-Air-Force.

Nous ne connaissons pas la date exacte de son rapatriement, mais je pense qu’il s’agit de fin Juin ou Juillet 1945, car il disait toujours qu’il était resté en Allemagne 61 mois, et qu’il avait dû patienter un bon moment avant de rentrer en France.

retour
Histoire Patrimoine Gens de Billé

Parcourir toutes les pages du site pour retrouver un nom de famille