Your browser does not support JavaScript!
restaurer les menus
Sages-femmes

Sages-femmes à Billé

LLes actes de baptêmes enregistrés par le clergé sous l'Ancien Régime donnent souvent des informations sur les personnes présentes aux cérémonies. Y figurent les parrains et marraines, bien sûr, avec ou sans l'indication de leur lien de parenté avec le nouveau baptisé, mais aussi d’autres personnes telles que des proches ou des voisins. La mention sage-femme est parfois accolée à un nom. Parmi les actes de baptêmes de Billé, 70 actes attribuent explicitement ce qualificatif à une femme. Au regard des quelque 9 000 actes répertoriés à Billé de 1618 à 1812, cela peut paraître bien peu. Toutefois, compte tenu de la fréquence inhabituelle avec laquelle leur noms apparaissent, il est permis d'en déduire qu'elles étaient là dans le cadre de leur fonction. Ainsi, en se basant simplement sur leur nom, il devient possible d'avoir une vue assez complète du nombre de leurs interventions. Les femmes qui sont prises en compte ici sont toutes nommées plus d'une dizaine de fois en dehors du rôle de marraine ou de proche parente.

La première mention d'une sage-femme à Billé se trouve dans un acte de 1672. Il s'agit du baptême de Pierre Delaunay qui fut présenté par Jeanne Baudouin sage-femme de la paroisse de Vendel. Comme il est indiqué dans l'acte, elle avait aussi son idée sur le père de cet enfant naturel. Malheureusement, il n'a pas été possible à ce jour d'identifier formellement cette sage-femme, ni à Vendel ni ailleurs. Ce n'est pas le cas de plusieurs autres évoquées ci-après.

Acte de baptême de Pierre Delaunay en 1672

Marie Jugan (1653-1725)  Généalogie

Marie Jugan naquit à Parigné en 1653. En 1671, elle épousa Michel Greffier, veuf de Jeanne Ernoul décédée quelques mois auparavant. Elle donna naissance à quatre enfants. Après la disparition de ce premier mari, elle se remaria avec Nicolas Domé avec qui elle eut sept enfants. Ce dernier décéda en 1693 et c'est à partir de ce moment qu'elle se consacra à la naissance des enfants des autres jusqu'à l'âge de 70 ans. Elle mourut le 13 avril 1725.

Dans les actes de baptêmes de Billé, le nom de Marie Jugan est celui qui apparaît le plus souvent. Dans quelques cas, elle est marraine, grand-mère ou tante de l'enfant. Elle est bien mentionnée à quatre reprises comme sage-femme. Il est raisonnable d'affirmer qu'elle a concouru à la naissance de plus de 250 bébés entre 1693 et 1723, en exceptant les baptêmes d'enfants de sa famille proche - ce qui n'exclut d'ailleurs pas qu'elle ait apporté son savoir.

Si elle ne participa pas à la naissance de ce Julien en 1704, elle est présente au baptême de cet enfant trouvé dans le chapiteau de l'église, ayant les cheveux jaunes et pour lange un méchant reste de jupe rouge et un lien de fil, fut parrain Julien Radier, marraine Marie Barbot, en présence de Marie Jugan, à l'heure de la messe du matin.

Le 10 mars 1709, l'acte de sépulture de Renée Lévêque révèle qu'elle fut inhumée avec sa fille nouveau-né, née vivante après le décès de sa mère, baptisée à la maison de nécessité par Marie Gillet en présence de Marie Jugan qui accouchait et qui a ouvert le corps de la défunte.

Guyonne Bridou (vers 1647-1717)  Généalogie

L'origine de Guyonne Bridou n'est pas établie. Elle apparut à Combourtillé en 1683 lors de son mariage avec Guillaume Bouvet. Ils auront deux enfants et il mourut en 1687. Deux ans plus tard, elle épousa, à Billé, François Miclard, veuf de Gillette Gaillard, décédé lui en 1702 à Parcé.

Elle est citée comme sage-femme à deux reprises en 1705 et 1711. Elle pratiqua plus de cent accouchements à partir de 1698 et jusqu'en 1716 comme l'atteste sa présence signalée dans les actes de baptêmes. Elle pratiqua peut-être aussi à Combourtillé où son nom figure dans plusieurs actes. Elle décéda à la Veillerie en février 1717, âgée de 70 ans.

Julienne Ozanne (1680-1748)  Généalogie

Julienne Ozanne était originaire de Val d'Izé. Mariée à Parcé en 1706 avec Jean Cervelle, elle eut huit enfants dont plusieurs nés à la Cosvinière. Elle perdit son mari en 1719 et se remaria en 1725 avec Joseph Oger, veuf depuis l'année précédente de Jeanne Duplessix.

Sa qualité de sage-femme est attestée dans 25 actes de baptêmes et elle prodigua ses soins à une centaine de parturientes à partir de 1712 et jusqu'en 1748, année de son décès à 68 ans à la Cosvinière.

Gillette Leroux (1666-1741)  Généalogie

Née à la Sermandière en Lécousse et baptisée à Saint-Léonard de Fougères, Gillette Leroux épousa Jean Delaunay, tisserand à Billé, en 1685. Ils eurent huit enfants. Elle perdit son mari, décédé à la Haute Tollerais en 1704, alors que leurs enfants étaient encore jeunes.

Dans huit actes de baptêmes, elle est qualifiée de sage-femme. Entre 1698 et jusqu'à 1741, année de son décès à 75 ans, elle assista la naissance d'une centaine d'enfants.

Françoise Domé (1688-1759)  Généalogie

Françoise Domé était une fille de Marie Jugan, née à Billé du second mariage de cette dernière. Elle se maria deux fois, en 1710 et 1715 et eut cinq enfants. Tous, sauf un, moururent en bas âge. Elle décéda à 75 ans au Ronceray.

Elle fut sans aucun doute initiée à la pratique de sage-femme par sa mère avec laquelle elle fut présente à plusieurs baptêmes. Elle pratiqua environ une cinquantaine d'accouchements.

Nicole Forthomme (vers 1694-1756)  Généalogie

Malgré l'absence de son acte de baptême, il est quasiment certain qu'elle soit la fille aînée de Bertrand Forthomme et Guillemette Simon, née vers 1694 à Billé. Son nom figure dans une cinquantaine d'actes de baptêmes dont plusieurs de sa famille proche. Elle a dû faire naître une trentaine d'enfants surtout à partir de 1735 et jusqu'en 1750. Elle décéda en 1756 à Maison Rouge et l'acte de décès précise qu'elle avait 64 ans.

Et les autres

Trois autres sages-femmes sont citées dans les actes de baptêmes au cours de la première partie du XVIIIème siècle. À elles trois, elles assistèrent une trentaine de naissances.
Perrine Lefeuvre a dû tenir le rôle de sage-femme lors d'une quinzaine de naissances bien qu'elle ne soit citée qu'une seule fois en tant que telle. Elle-même n'est pas formellement identifiée: aucun acte relatif à sa personne n'a été enregistré à Billé.
Anne Tropée (1705-1776)  Généalogie, mentionnée comme sage-femme dans trois actes entre 1742 et 1744, ne vivait pas à Billé. Elle était très probablement celle qui naquit, se maria et mourut à Vendel. Le fait qu'elle ait opéré sur Billé dans des lieux situés aux confins de Vendel renforce cette hypothèse.
Nicole Domé (1686-1750)  Généalogie était la sœur de Françoise évoquée ci-dessus et donc aussi une fille de Marie Jugan.

Après 1750

Curieusement, à partir du milieu du XVIIIème siècle, il n'est plus guère fait mention de sage-femme dans les actes. Une recherche approfondie des personnes citées le plus souvent ne fournit pas non plus d'information pertinente, le nombre de citations restant très limité. Entre 1756 et 1763 apparaît toutefois à plusieurs reprises le nom d'Anne Fédru. En 1756, c'est Julienne Martin de Chesné qui assiste la naissance d'une petite Julienne.

Au XIXème siècle, il n'est fait mention qu'une seule fois, en 1806, d'une sage-femme: Gillette Géraux. Par la suite, l'état civil ne fait mention que des enfants, de leurs parents et de témoins. Quand il y avait une intervention remarquée lors d'une naissance c'était celle de l'un de nos chirurgiens. Mais les chirurgiens sont un autre sujet à part entière à aborder dans une autre rubrique.

dernière mise à jour de cette page le 17/02/2019 à 16:44:23